Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Métiers
  • 4 juin 2009

    Examen des décrets « mastérisation » au CTP : des décisions hâtives et malvenues qui nous ramènent vingt ans en arrière.

    Communiqué de presse :

    Examen des décrets « mastérisation » au CTP : des décisions hâtives et malvenues qui nous ramènent vingt ans en arrière.

    En refusant les amendements du Sgen-CFDT qui permettaient d’avoir une écriture ouverte des décrets « mastérisation » examinés ce jeudi 28 mai, le gouvernement a par avance refusé de tenir compte des évolutions qui auraient pu se dégager des discussions en cours et des travaux de la commission Marois-Filâtre.

    Malgré l’adoption de certains de ces décrets par le CTP, adoption rendue possible par l’abstention de la FSU et des Autonomes, le Sgen-CFDT considère que l’on ne peut en rester là.

    La réforme qui se dessine ne permettra pas aux futurs enseignants de bénéficier d’une véritable formation professionnelle et universitaire, de ce fait elle peut signer la disparition des IUFM, nous faisant revenir vingt ans en arrière.

    La méthode employée, si rien ne vient la corriger, laissera des traces. La communauté universitaire avait par de multiples voies fait savoir sa volonté de disposer du temps nécessaire pour mener un véritable débat. Elle se sent aujourd’hui méprisée.

    Il faut de toute urgence que le gouvernement fasse savoir officiellement qu’il est prêt à modifier la teneur des décrets examinés en CTP au regard des conclusions des groupes de travail et de la commission Marois-Filâtre, faute de quoi le processus de négociations-discussions prendrait fin.

    En tout état de cause le Sgen-CFDT prendra toutes ses responsabilités dans la construction des mobilisations nécessaires pour obtenir une réforme de la formation et du recrutement des maîtres à la hauteur des enjeux.

    POUR LE MAINTIEN D’ UNE VERITABLE FORMATION PROFESSIONNELLE DES ENSEIGNANTS

    La formation des enseignants est un élément clef de l’ amélioration de notre système éducatif et de la réussite de tous les élèves.

    La mastérisation des enseignants et des CPE doit se traduire par une amélioration de la formation disciplinaire, didactique et professionnelle

    A la suite de multiples mobilisations, le gouvernement a pris la décision de maintenir les concours existants, les conditions de leur préparation et la possibilité d’une inscription en IUFM en septembre 2009. Ainsi la promotion d’ enseignants et de CPE issue du concours 2010 bénéficiera donc d’une formation avant le concours identique à celle des générations précédentes ; elle doit donc bénéficier des mêmes conditions de formation après le concours.

    Si les choix du ministère d’affecter les lauréats du concours à 2/3 du temps en responsabilité étaient confirmés, de nombreux enseignants pourraient être responsables d’une classe en septembre 2010 sans avoir jamais effectué de stages en responsabilité devant des élèves ou sans avoir bénéficié de formation dans le cadre de l’ IUFM. Les soussignés demandent solennellement, qu’ après le maintien des concours et de leurs conditions de préparation, soient également maintenues les conditions d’organisation de l’année actuelle de stagiaire ( 2 ème année d’ IUFM ) afin qu’ elle reste une véritable année de formation professionnelle en alternance. Ils demandent qu’à l’avenir la formation dont bénéficieront les lauréats du concours lors de l’année de stagiaire soit améliorée, organisée sur la base d’une véritable alternance entre service en responsabilité et temps de formations qui s’appuie sur le maintien de l’expérience des IUFM et de leur potentiel de formation.

    Pétitions à l’initiative de :

    FSU : SNES, SNEP, SNUEP, SNUipp, SNEsup UNSA-éducation : SE-UNSA, SUP-Recherche-UNSA SGEN-CFDT

    Alors que circule une pétition commune "pour le maintien d’une véritable formation professionnelle des enseignants", ici :http://www.cfdt.fr/rewrite/article/19961/petition-pour-le-maintien-d-une-veritable-formation-professionnelle-des-enseignants.htm ?idRubrique=5033&popup=tru

    l’abstention des syndicats FSU lors du Comité technique paritaire ministériel (CTPM) jette le trouble aussi bien chez les autres syndicats qu’à l’intérieur de la fédération. En effet, cette abstention a permis aux décrets Darcos qui organisent la réforme de la formation et la fin des IUFM de passer (même si le vote du CTPM est consultatif). Ce vote tranche sur des sujets qui sont en discussion dans la commission Marois/Filatre, lui coupant l’herbe sous le pied avec le risque de réduire la négociation au tête à tête Fsu - gouvernement. On voit donc apparaître de manière claire les divergences de conception sur la formation et sur l’identité des enseignants entre deux camps, Snes et Snalc d’un coté, Sgen et Se-Unsa de l’autre. La réforme du lycée va t-elle transformer les fissures du front syndical en fractures ?

    Vote au CTPM sur les différents décrets

    NPPV : Ne participe pas au vote (Refus de vote)