Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Revendic’
    action
  • 14 janvier 2010

    Nous condamnons sans équivoque le système adopté pour les étudiants qui préparent le concours.

    La circulaire sur les "stages 108 heures", publiée à la veille de la rentrée mais applicable dès cette année transitoire, relève du bricolage avec pour seul objectif un affichage politique.

    Rappelons que les stagiaires PE 1 ou M 1 en stage ce semestre devront passer le concours au printemps et assumer la responsabilité d’une classe dès la rentrée !

    Université : Formation et recrutement des enseignants : la régression devient irréversible

    Les textes ministériels nécessaires à la mise en œuvre effective de la « masterisation » sont désormais parus : après la publication de la circulaire de cadrage des futurs masters du 23 décembre 2009 (BO du 7 janvier 2010), les arrêtés fixant les nouveaux concours de recrutement ont été publiés au JO du 6 janvier 2010.

    Attendue, cette dernière étape du passage en force de la réforme n’en est pas moins très inquiétante pour le Sgen-CFDT. Présentée au Cneser le 21 décembre, la circulaire de cadrage a été rejetée massivement, moins pour son contenu qu’à cause de ses manques. Alors que la dimension professionnelle de la formation, l’importance des stages, la connaissance du système éducatif y sont explicitement valorisés, le ministère se garde bien d’en imposer la prise en compte dans les formations préparant aux métiers de l’enseignement. Ce sera aux universités de prendre leurs responsabilités, et de fixer chacune son dosage entre formation disciplinaire et apprentissage du métier. Encore faudrait-il que l’organisation du calendrier et des concours permette des choix positifs.

    Car pour les nouveaux concours, le ministère a fait un choix clair : des épreuves à très forte dominante disciplinaire, des bribes de dimension pédagogique réduites à la portion congrue, un recul spectaculaire sur la « connaissance du système éducatif », à laquelle les projets élaborés il y a à peine plus d’un an, envisageaient de consacrer une épreuve à part entière.

    Les partisans d’un recrutement fondé sur le seul critère de l’excellence académique ont gagné. Les enseignants vont être de plus en plus nombreux à débuter dans le métier après quelques semaines, au mieux, d’expérience pratique de la classe. Les élèves pourraient beaucoup y perdre.

    Le Sgen-CFDT dénonce avec vigueur les responsables et les complices de cette régression majeure. Il ne renoncera pas à son combat pour l’égalité des chances des élèves, qui passe notamment par une véritable amélioration de la formation et du recrutement des enseignants.

    Paradoxalement, ceux qui feront ces stages (en pratique accompagnée puis en responsabilité) risquent d’être pénalisés dans leur préparation au concours ( leur dilemme : préparer ses écrits ou s’entraîner dans une classe ?) voire dans la validation de leur année de préparation en termes d’équivalence de M1. Ce serait d’autant plus pervers que cette pénalisation toucherait ceux qui ont le plus besoin de la rémunération liée à ces stages.

    Quelle préparation, quelle articulation avec les enseignements « théoriques » à l’IUFM sont prévues, ou tout simplement possibles ? Quel accompagnement des étudiants ? Quelle définition du rôle des référents ? Quel intérêt pour les étudiants alors que la réussite au concours ne dépend que très marginalement de la connaissance concrète du métier ?

    Agir

    Le Sgen-CFDT invite les collègues qui seraient sollicités pour accueillir des étudiants en stage de pratique accompagnée ou pour leur confier leur classe en responsabilité à REFUSER ;

    Pour le Sgen-CFDT ces stages ne sont pas acceptables en l’état, il faut d’abord :* clarifier le rôle des enseignants accueil­lant des étudiants et celui des enseignants référents.

    * Obtenir que l’accompagnement soit reconnu en intégrant ce temps de travail supplémentaire dans le service plutôt qu’en indemnité. Le temps c’est peut-être de l’argent, mais l’argent ne remplace pas le temps !

    Ces conditions sont un minimum.


    Nous ne cautionnerons ni remplacement déguisé, ni simulacre de formation ! Il en va du respect des personnels, du respect des étudiants, du respect du métier, et du respect des élèves !