Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Revendic’
    action
  • 14 janvier 2011

    En 2009, le ministère a décidé de remplacer les évaluations diagnostiques en CE2 et 6e par des évaluations en fin de CE1 et en milieu de CM2. Immédiatement, le Sgen-CFDT a dénoncé le mélange des genres.

    Les partenaires, dont le Sgen-CFDT, consultés par le DGESCO avaient fait des propositions avant l’été, elles n’ont été que très partiellement retenues.

    Après lecture de la note technique aux recteurs concernant la passation des évaluations CM2 pour l’année 2011, le Sgen-CFDT constate que la session 2011 ne marquera malheureusement pas une rupture dans la logique gouvernementale.

    Programmées à partir du 17 janvier, en plein milieu de l’année scolaire, les évaluations de CM2 sont un contresens flagrant à la notion même d’évaluation puisque les élèves sont amenés à être évalués sur des notions qu’ils n’ont pas encore étudiées et ne laissent que très peu de temps à une remédiation (5 mois). Le codage binaire des résultats, inopérant pour les enseignants voire même contre-productif pour les élèves, est maintenu pour l’exploitation statistique. Même si l’on observe un pas en avant puisque le ministère propose désormais une évaluation plus fine en direction des parents selon un nouveau barème en quatre niveaux : juste, faux, réussite partielle avec erreurs, réussite partielle sans erreur, il persiste dans son erreur et met les élèves en situation d’échec. Des évaluations statistiques ne peuvent en aucun cas servir aux enseignants pour améliorer les apprentissages, et le dispositif mis en place par le ministère s’apparente plus à des examens de fin de cycle qu’à un repérage des difficultés pour aider les élèves. De plus, l’ensemble des exercices proposés en 2010 marquait une nette défiance vis-à-vis des enseignants et une volonté de faire passer en force les programmes de 2008.

    Le Sgen-CFDT reste aussi vigilant sur une éventuelle mise en concurrence des écoles.

    Quant à la prime de 400 euros, nous y restons opposés dans la mesure où elle profite seulement à certains, créant ainsi des tensions dans les équipes pédagogiques, alors que les évaluations doivent être au service de tous.

    Le Sgen-CFDT persiste à penser :
    -  que les évaluations nécessaires au pilotage national peuvent se faire sur un échantillon d’élèves ;
    -  que la période choisie pour les évaluations de CM2 en janvier est décidément une mauvaise solution qui ne permet ni des renseignements fiables au niveau national, ni un temps suffisant pour remédier aux difficultés de certains élèves ;
    -  que les programmes de 2008, contraires à la logique du socle commun doivent faire l’objet d’une nouvelle consultation à la lumière des résultats de PISA.

    Le Sgen-CFDT exige que le ministère fasse confiance aux enseignants pour conduire des évaluations formatives au service de la réussite de tous les élèves.

    Evaluation CM2 Encore médiocre ! - 112.2 ko
    Evaluation CM2 Encore médiocre !


     

     

    À télécharger

    EVALUATION CM2 ENCORE MÉDIOCRE ! ( >pdf - 112.2 ko )