Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Métiers
  • 30 juin 2011

    Après la fuite d’un exercice de l’épreuve de mathématiques du bac S, diffusé sur internet la veille de l’épreuve, voici l’avis du Sgen-CFDT :

    Nous pouvons garder la façade, conserver le monument, qui n’est autre qu’un rite de passage vers l’enseignement supérieur, mais en instaurant un module terminal qui viendrait comme la synthèse de modules évalués pendant l’année. Pourquoi donc passer tout le mois de juin à bachoter alors qu’il est possible de valider ses compétences à un autre moment ?

    Cette affaire est révélatrice d’un système qui réclame rénovation. Maintenir un baccalauréat tel qu’il existe, une opération d’une telle ampleur, nécessite une dépense énorme de moyens et le développement de normes de sécurité nouvelles. Cela revient à une forme de course en avant entre gendarmes et voleurs.

    Il ne s’agit pas de revendiquer le renforcement des moyens de sécurité mais une simplification des examens et une limitation du nombre d’épreuves terminales.

    Pour en finir avec le bachotage , il faut construire un lycée modulaire, avec des modules semestriels, disciplinaires, pluridisciplinaires d’ouverture sur le monde ou de spécialisation. Cette formule offrirait une alternative au redoublement, grâce à des modules de rattrapage.

    À partir de là, on pourrait imaginer un bac construit comme une évaluation par capitalisation de ces modules et par une épreuve finale intégrée sous la forme d’un module de synthèse qui correspondrait à la coloration du parcours de l’élève. ( exemple un bac scientifique avec un module d’art validé)

    Communiqué de presse n° 68 du 22 juin 2011



    -  Thierry Cadart, secrétaire général du Sgen-CFDT
    -  Guy Vauchel, secrétaire national du Sgen-CFDT le 24 juin 2011