Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Revendic’
    action
  • 24 août 2011

    Les organisations FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education appellent les personnels de l’Education nationale et de l’enseignement agricole publique à se mettre en grève le 27 septembre prochain. Elles exigent l’arrêt des suppressions d’emplois, une autre logique pour le prochain budget et une transformation démocratique du système éducatif afin d’assurer la réussite de tous les élèves.

    le mardi 27 septembre 2011

    Grève et manifestations

    -  tract d’appel pour les écoles en téléchargement

     

    Pour dire non à la politique du gouvernement qui en 5 ans a supprimé 50 000 postes, le Sgen-CFDT appelle tous les personnels à faire grève le 27 septembre et à participer aux manifestations organisées localement pour revendiquer une politique ambitieuse pour l’école !

     

    Depuis l’entrée en vigueur de la règle de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite en 2007, l’institution a commencé par supprimer quantité de postes « hors classe », en cassant les réseaux d’aide, les 16 000 postes de stagiaires, les remplacements, les moyens des associations complémentaires…

    Les suppressions dans les classes sont déjà largement amorcées avec la baisse de l’accueil des tout petits, les licenciements d’intervenants langue... mais on en vient maintenant à supprimer des classes, à augmenter les effectifs pour satisfaire la commande gouvernementale de baisse de l’emploi public. Supprimer l’emploi public est bien aujourd’hui l’axe central de la politique éducative du gouvernement.

    L’agression contre le service public n’est pas seulement quantitative. Chacun sait les dégâts qu’a occasionné la destruction de la formation initiale des enseignants. Pire, pour faire face aux besoins sans recruter de personnels titulaires, l’Éducation nationale accentue le recours à des précaires.

    Avec la politique actuelle de Nicolas Sarkozy, qui a supprimé 50 000 postes en 5 ans, nous sommes aux antipodes d’une politique ambitieuse de l’école.

    De plus, le discours suffisant de Luc Chatel apparaît comme une provocation envers les enseignants qui voient leurs conditions de travail se dégrader d’année en année.

    TOUS DANS L’ACTION

    dans l’Académie de Toulouse, dans le Tarn-et-Garonne, comme dans toute la France, l’ensemble des personnels est appelé à être dans l’action le 27 septembre pour dire non à cette politique : grève et manifestations !

     

    Les modalités pratiques de manifestation de cette journée intersyndicale seront précisées par un prochain article et courriel début septembre.


    Accès direct au communiqué intersyndical

    Depuis 4 ans, le Ministère de l’Education nationale a supprimé plus de 52 000 postes.
    Le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux met l’Ecole publique à genoux, ne lui permettant plus d’assurer ses missions de Service public. Ce dogme ne permet plus aux personnels d’exercer leur métier avec sérénité et professionnalisme.
    Les personnels de l’Education, les parents et les jeunes se sont mobilisés régulièrement au cours de cette année pour dénoncer les 16 000 nouvelles suppressions de postes effectives à la prochaine rentrée scolaire alors même que plus de 60 000 élèves supplémentaires sont attendus.
    Ces suppressions associées au manque d’ambition éducative dégradent encore plus les conditions d’apprentissage des élèves et de travail des personnels.
    Dans ce contexte, la campagne publicitaire sur les recrutements lancée par le Ministre de l’Education nationale sonne comme une provocation d’autant que la préparation du prochain budget prévoit de nouvelles suppressions d’emplois et n’affiche d’autre objectif pour le système éducatif que la recherche d’économies.
    Si le gouvernement cherche à tromper l’opinion en affirmant sans cesse, comme si cela pouvait convaincre, que l’on peut faire « plus avec moins », la France reste un des pays qui investit le moins dans son éducation et donc dans l’avenir.
    En plus de la question fondamentale des postes, la politique éducative, l’avalanche de mesures inadaptées, incohérentes et précipitées maintiennent un système éducatif inégalitaire qui ne permet pas de lutter réellement contre l’échec scolaire.
    La nécessité d’une toute autre politique éducative passe aussi par un budget plus volontaire. Pour cela, les organisations FERC-CGT, FSU, SGEN-CFDT, UNSA Education appellent les personnels de l’Education nationale et de l’enseignement agricole publique à se mettre en grève le 27 septembre prochain. Elles exigent l’arrêt des suppressions d’emplois, une autre logique pour le prochain budget et une transformation démocratique du système éducatif afin d’assurer la réussite de tous les élèves.
    Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin d’un système éducatif qui s’attaque réellement aux inégalités scolaires et traite la situation des élèves en grande difficulté.
    D’autres choix pour la réussite de tous les jeunes sont nécessaires afin que l’École remplisse les objectifs d’une École démocratique, ambitieuse et émancipatrice.
    Paris le 10 juin 2011