Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Réflexions
  • 23 septembre 2011

    Il faut se donner une méthode !

    Compliquer la situation par quelques mesures isolées ou initier le débat nécessaire à une réforme utile, le gouvernement doit choisir !

    La suppression du samedi matin dans les écoles et la généralisation de la semaine de quatre jours ont réouvert le dossier des rythmes scolaires. Mais ce dossier ne se limite pas, loin s’en faut à cette question : Par exemple, la charge de travail des lycéens est souvent excessive et contradictoire avec la volonté de faire réussir le plus grand nombre. Tout le monde s’accorde à dire que les rythmes englobent les temps de l’enfant et pas seulement les temps scolaires. Les récents rapports rendus par les parlementaires ou la convention nationale installée à cet effet par le ministre insistent sur cette dimension. De plus le sujet est d’une rare complexité puisqu’il interfère avec l’ensemble des rythmes sociaux. Il faut pourtant qu’il soit traité parce que c’est une des composantes de la réussite des enfants et des jeunes.

    Il est nécessaire de donner à ce débat la dimension qu’il mérite, une dimension sociétale.

    Ce débat impose le choix entre une accumulation de bricolages, remède qui peut s’avérer pire que le mal, et une vraie réforme des rythmes de l’enfant qui engagerait de fait une réforme de fond du système éducatif.

    Pour cela, il faut se donner une méthode

    Pour connaître nos positions, nos propositions..., cliquer sur le documents

    —><script type="text/javascript" src="http://s1.calameoassets.com/calameo-v4/widgets/loader/cloader.js">—>