Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Métiers
  • 30 septembre 2011

    Le minis­tère de l’Education Natio­nale vient de livrer la répar­ti­tion de 14000 postes sup­pri­més pour la ren­trée 2012 dans le cadre du bud­get 2012.

    -  5700 postes d’enseignants dans les écoles pri­maires publiques

    -  6550 postes d’enseignants dans les col­lèges et lycées publics

    -  400 postes au sein des per­son­nels admi­nis­tra­tifs de l’Education nationale

    -  1350 postes dans l’enseignement privé sous contrat

    Voici les "leviers" pour sup­pri­mer les 14000 postes (pas de réels changements par rapport à l’année dernière) :

    -  Possible aug­men­ta­tion du nombre d’élèves dans les classes dans les écoles et col­lèges (hors éduca­tion prio­ri­taire)

    -  Les ensei­gnants affec­tés hors des classes (il en reste "20.000 dans le pre­mier degré", dont les "Rased" spé­cia­li­sés dans la lutte contre l’échec scolaire)

    -  Disparition pro­gres­sive des inter­ve­nants exté­rieures de langues étran­gères dans les écoles primaires

    -  Regroupements d’établissements, dimi­nu­tion des décharges de ser­vices d’enseignement, adap­ta­tion de l’offre de for­ma­tion des lycées géné­raux et pro­fes­sion­nels par exemple en mutua­li­sant des options rares

    -  Poursuite de la dimi­nu­tion de la sco­la­ri­sa­tion en mater­nelle des enfants âgés de deux à trois ans

    -  Suppressions de postes d’enseignants remplaçants

    -  "Rationalisation" des moyens en per­son­nels administratifs

    Source vousnousils