Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Réflexions
  • 14 novembre 2011

    Article du café pédagogique

    Les députés ont adopté le 10 novembre le budget 2012 de l’éducation nationale. Un budget en baisse réelle et qui a fait l’objet, au dernier moment, d’un ultime coup de rabot gouvernemental. Valérie Pécresse, ministre du budget, a eu fort à faire pour défendre le budget de l’éducation nationale. Un budget en apparence stable à 61 milliards , en réalité en baisse compte tenu de l’inflation. La ministre a rappelé quelques engagements présidentiels : "comme le Président de la République en a pris l’engagement, le nombre de classes dans le primaire est désormais stabilisé... Nous sommes aujourd’hui en mesure de redéployer des moyens vers des points plus fragiles du système scolaire. Je pense au recrutement de 4 000 assistants administratifs des directeurs d’écoles primaires.. Je pense également au recrutement des assistants de scolarisation qui permettent d’accueillir et d’accompagner les élèves en situation de handicap. Nous poursuivrons les progrès que j’évoquais à l’instant grâce au recrutement de 2 000 assistants à la rentrée 2011 et de 2 300 autres à la rentrée 2012". Elle a pourtant demandé une diminution de 20 millions au nom des dernières mesures d’austérité Fillon. Ces 20 millions sont pris quasi-exclusivement sur des dépenses sociales : bourses des collèges et lycées (11M), les fonds sociaux du programme « Vie de l’élève »(2M), au motif que les crédits seraient sous-utilisés.