Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Réflexions
  • 3 décembre 2011

    et travail par cycle à l’école...

    La circulaire parue au BO du 20 octobre est consacrée au bilan des évaluations CE1 2011. Elle met enfin l’accent sur l’importance de la liaison GS/CP/CE1 (cycles datant de la loi d’orientation de 1989) mais fixe uniquement deux grandes orientations : aide personnalisée et compréhension en français et en mathématiques.

    Le Sgen CFDT déplore l’effet réducteur de cette circulaire, notamment par l’absence de référence au socle commun et s’insurge de la non prise en compte du développement et de l’épanouissement global de l’élève de maternelle. L’ouverture culturelle, l’envie d’apprendre, sont indissociables des savoirs fondamentaux, la mission première de l’école maternelle étant de donner aux enfants l’envie d’être à l’école, de devenir élève. « Empêcher les enfants de bouger, c’est les empêcher d’apprendre », précise Alain Bollon dans sa présentation des systèmes éducatifs. Travailler par cycle, dès la petite section, c’est mettre en évidence l’objectif majeur du développement et de l’épanouissement de l’enfant : grandir, accéder à l’autonomie, se socialiser. Mais, encore une fois, la Dgesco confond apprentissage des fondamentaux et « renforcement des mécanismes de base ».

    De plus, elle prétend limiter l’aide aux élèves les plus en difficulté au français et aux mathématiques. Pour le Sgen-CFDT, au contraire, la prise en compte de l’élève, dans sa globalité, est essentielle à la réussite de tous. Donner du sens aux apprentissages, c’est donner l’envie, le besoin d’apprendre ! Prendre en compte l’élève dans sa globalité, c’est prendre en compte l’âge et la maturité des enfants, donner une chance au rythme de chacun.

    Il est illusoire de penser qu’ajouter des heures ordinaires dès la maternelle, ou organiser des stages commando dès le CP, résoudra la grande difficulté scolaire qui relève d’une aide ciblée et régulière que seule peut apporter l’aide d’une équipe pluri-professionnelle comme les Rased. En tout état de cause, le repérage nécessaire des enfants ayant des difficultés lourdes ne saurait justifier une évaluation systématique et un classement de tous les élèves.

    Pour le Sgen-CFDT, il est urgent d’ouvrir un vrai débat sur l’École, incluant les rythmes scolaires et la multiplicité des tâches des enseignants, prenant en compte leurs compétences particulières : enseignants spécialisés des Rased, formations...