Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Réflexions
  • 22 janvier 2012

    Ou comment les poules pondeuses ont plus de place que les enfants en grandes section de maternelle !!!

    Article du café pédagogique

    "Depuis le 1er janvier les poules pondeuses européennes ont plus de place. Elles passent de 550 à 750 cm2. Au même moment, une collègue de grande section de maternelle accueille 32 enfants dans 40 m2 : 1,25 m2 par enfant. Il n’y a plus de coin jeux, plus de déplacements possibles, plus d’échanges. Et demain avec les suppressions de postes la barre du taux d’ouverture des classes va monter encore. Il est temps d e se poser la question du bien-être des enfants !". Christine Lemoine est une enseignante expérimentée qui anime depuis des années un site réputé dans la communauté des enseignants de maternelle. Elle précise qu’elle même n’a qu’une vingtaine d’élèves. Mais ce qu’elle voit autour d’elle l’effare. Et elle ne veut pas se taire.

    Officiellement, d’après PISA, la France compte 19,7 enfants par adulte en maternelle, soit 7 de plus que la moyenne de l’OCDE (12,6). Un seul pays de l’OCDE dépasse la France, c’est le Mexique. L’Allemagne , l’Italie, la Finlande tournent autour de 11 enfants par adulte et les Etats-Unis en comptent 13.

    "Ca augmente", signale Christine. "Aujourd’hui, si un enseignant est malade, on accueille ses élèves et on se retrouve 38 en classe faute de remplaçant. Un enseignant malade et c’est la fin de tout enseignement dans toute l’école". A la prochaine rentrée le nombre d’enfants par classe devrait encore augmenter. Ainsi dans le Gard, l’inspection académique annonce que le seuil va passer de 28 à 31 élèves en maternelle.

    Maltraitance. "Observez des enfants de 3 à 4 ans. Regardez les courir, jouer. Enfermer un enfant de cet âge dans un petit espace est une grande violence", nous confie Christine. "Ces enfants ont besoin d’être sécurisés par un adulte. Au delà de 25 ce n’est plus possible. L’anxiété monte et se heurte à l’agressivité des camarades. Ca devient violent, les apprentissages ne sont plus possible". Christine s’indigne de la différence avec les garderies où la loi impose un adulte pour 8 enfants. "On devient des rouages d’une machine de maltraitance envers les enfants. On ne reconnaît pas l’affectivité des enfants. On ne les respecte pas".

    Des seuils vitaux. C. Lemoine propose de fixer des seuils vitaux. "Il faut fixer un nombre de mètre carré par enfant minimum. Si on peut le faire pour les poulets on doit pouvoir le faire pour les humains". Il faut aussi un nombre d’élèves par enseignant pour permettre les apprentissages et la sécurité affective des enfants. Le maximum c’est 25."

    Parler vrai. La force de C Lemoine c’est sa sincérité, le respect de l’enfant et la simplicité du raisonnement. En quelques heures son appel spontané est en train de faire le tour de la toile des enseignants. On n’a probablement pas fini d’en parler.

    Le blog de C. Lemoine