Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Réflexions
  • 9 juin 2008


    Mise au point

    Le Snuipp 82 indique dans son dernier journal du mois de juin 2008 que « le Sgen-CFDT et l’UNSA en particulier se sont prononcés pour la suspension du mouvement jusqu’à la rentrée. [...] La FSU n’a ni accepté ni envisagé une telle suspension. »

    Le Sgen-CFDT ne voudrait pas continuer dans l’action, la FSU, si !

    Trop, c’est trop !!

    Arrêtons la désinformation et rectifions la vérité.

    Vous trouverez, ici, notre appel à la mobilisation du 17 juin.

    Vous trouverez également, ci après, les dépêches AFP et AP rendant compte de la réunion intersyndicale nationale du mardi 27 mai.

    Mardi 27 mai, 21h51 PARIS (AFP)

    Plusieurs fédérations de l’Education - dont FSU, Unsa-Education et Sgen-CFDT- ont décidé mardi de suspendre le mouvement unitaire contre les suppressions de postes "pour la période des examens" et de se revoir la semaine précédant la rentrée pour une nouvelle action, a-t-on appris de sources concordantes.

    "La période qui se prépare n’est pas propice à de nouvelles actions d’ampleur d’ici les grandes vacances, car c’est la période des examens. Nous suspendons donc le mouvement pour la période des examens", a déclaré Dominique Thoby, secrétaire nationale du SE-Unsa (2ème dans le primaire, 4ème dans le secondaire). "Nous avons pris acte de toutes les mobilisations qui ont eu lieu cette année", notamment contre les 11.200 suppressions de postes inscrites au budget 2008 pour la rentrée prochaine. "Elles étaient réussies. Nous n’avons eu aucune réponse du gouvernement", a ajouté Mme Thoby. "Il faut que le gouvernement entende que la colère et l’exaspération de la communauté éducative sont toujours là. C’est pourquoi, nous avons décidé de nous retrouver en août la semaine avant la rentrée scolaire pour préparer de nouvelles actions d’ampleur à la rentrée", a-t-elle poursuivi.

    "Nous nous reverrons en août une fois les lettres-plafond (qui détermineront les grandes tendances du budget 2009 par ministère, ndlr) connues", a confirmé Frédérique Rolet, cosecrétaire générale du Snes-FSU (majoritaire dans les collèges et lycées). Pour autant, selon elle, des "expressions communes" du mécontentement, de type blocage d’établissement, pourront avoir lieu localement.

    Dans la soirée, la FSU a affirmé auprès de l’AFP "envisager continuer l’action tant au niveau de l’Education que de la fonction publique". Cette décision de suspension du mouvement unitaire va faire l’objet d’une déclaration commune "dans les prochains jours", selon le SE-Unsa.

    La réunion des fédérations de l’éducation a rassemblé la FSU (principale fédération de l’Education), l’Unsa-Education, le Sgen-CFDT, la CGT, FO, Sud Education, la FAEN pour les enseignants, ainsi que la FCPE pour les parents d’élèves et l’UNL pour les lycéens. Ces organisations étaient, pour la plupart, à l’origine de plusieurs journées de grève cette année (notamment les 20 novembre, 24 janvier ou encore 15 mai, avec la fonction publique) ou encore de manifestations (le 24 mai, ou encore le 18 pour la FSU) dans toute la France. L’UNL avait appelé, avec la Fidl (second syndicat lycéen), au mouvement de manifestations les mardi et jeudi dans toute la France, qui a duré de la fin mars à début mai.

    Les syndicats de l’Education suspendent leur mobilisation NOUVELOBS.COM 27.05.2008 18:49

    Les fédérations ont décidé de ne pas appeler à une nouvelle journée de mobilisation contre les suppressions de postes pendant les examens et donnent rendez-vous après l’été. Les fédérations syndicales de l’Education ont décidé mardi 27 mai de ne pas appeler dans l’immédiat à une nouvelle journée nationale de mobilisation contre les suppressions de postes, renvoyant la question d’une suite à leur mouvement après les vacances d’été. Les syndicats se sont rencontrés mardi en fin d’après-midi à Paris pour décider des suites à leurs trois journées de mobilisation nationale du mois de mai, dont la dernière, samedi, s’était soldée par un échec.

    Appel à la poursuite de mobilisations locales "On est à l’approche des examens et de la fermeture de certains lycées. Il y a des craintes de démobilisation. Donc on a décidé de se revoir fin août pour discuter de la rentrée avec l’idée d’une réponse forte du type manifestation nationale à Paris", a déclaré à l’Associated Press Frédérique Rollet, secrétaire générale du Syndicat national des enseignements du second degré (SNES-FSU). Les syndicats appellent d’ici là à la poursuite des mobilisations locales. Les fédérations de fonctionnaires devaient se réunir ce mardi soir pour décider elles aussi des suites à donner à leurs dernières grèves et manifestations. On précisait de source syndicale, les fédérations devaient adopter la même position que les syndicats de l’Education. (ASSOCIATED PRESS)

    Que telle ou telle organisation syndicale fasse état des échanges au sein de l’intersyndicale nous paraît pour le moins très déplacée. Le Sgen-CFDT n’a pas l’habitude d’agir de cette façon.

    Par ailleurs, nous vous rappelons que le Sgen-CFDT s’est toujours refusé de prendre en otage les élèves et leurs parents par un appel au boycott des examens.