Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Réflexions
  • 20 juin 2008

    dégradation de la mixité sociale dans les établissements...

    Un rapport rédigé par deux inspecteurs généraux (MM Obin et Peyroux), interdit de publication depuis octobre 2007, pointe la dégradation de la mixité sociale dans les établissements à la suite de la suppression de la carte scolaire : "Le système qui, depuis 1963, fait dépendre le choix de l’école du lieu de domicile des familles, était critiqué pour sa rigidité. Sa suppression contient des dangers plus grands encore."

    dossier Carte scolaire pour le département du Tarn et Garonne

    L’assouplissement de la carte scolaire

    * information générale * informations départementales (dérogation tous niveaux, de la 6ème à la Terminale, notes techniques et imprimés des demandes pour la rentrée 2008

    Le rapport estime que la remise en question de la carte scolaire a entraîné "une baisse de la mixité sociale, accéléré les phénomènes de ségrégation sociale et renforcé la ghettoïsation ethnique"

    Cette étude a été commandée l’année dernière par Xavier Darcos. Elle ne porte que sur la première étape de la suppression de la carte scolaire à la rentrée 2007. Plusieurs critères donnant droit à une dérogation avaient été introduits, en particulier pour les élèves boursiers et ceux souffrant d’un handicap.

    Communiqué de Presse du Sgen CFDT :

    CARTE SCOLAIRE : D’autres choix sont possibles pour plus de mixité sociale

    Les conclusions du rapport OBIN-PEYROUX rencontrent les constats de « l ’observatoire de la carte scolaire » créé par le Sgen-CFDT en juin 2007. Le seul assouplissement de la carte scolaire a bien eu pour effet, une migration d’élèves des établissements ruraux ou de banlieues vers des établissements plus cotés de centre ville, fragilisant ainsi certaines structures. De ce point de vue l’objectif visé de mixité sociale n’est pas atteint. La suppression totale de la carte scolaire inscrite dans la circulaire de rentrée, les stratégies d’évitement offertes aux élèves les plus « méritants »ne pourront que dégrader davantage cette situation, favorisant ainsi l’entre soi et le communautarisme voire l’apparition de nouveaux ghettos scolaires. Sans en rester à une sectorisation sclérosante souvent contournée et génératrice aussi d’inégalités, d’autres solutions sont possibles : Le Sgen- CFDT propose d’organiser la carte scolaire sur la base de bassins de formation. Au sein d’un bassin, les options seraient réparties équitablement, les élèves seraient répartis harmonieusement en fonction des groupes sociaux entre les différents établissements. Tous les établissements offriraient ainsi la même attractivité. La mixité sociale en sortirait renforcée Le Sgen-CFDT invite le ministère à se rapprocher des collectivités territoriales qui ont déjà en charge les locaux et les transports scolaires pour expérimenter avec elles cette solution.

    Selon Le Monde ( daté de mercredi en consultation ici), les auteurs du rapport, deux inspecteurs généraux, jugent que le principal effet de cet assouplissement a accéléré « les processus sociaux déjà à l’oeuvre depuis des années ». « Dans la plupart des départements visités, la question de la survie de certains collèges est ouvertement posée », affirme le rapport. « C’est aux deux extrémités de la hiérarchie des établissements que la mixité sociale est mise le plus rudement à l’épreuve : dans les établissements les plus convoités, il y a peu d’élèves de condition modeste ; dans les collèges les plus évités, ce sont les catégories favorisées qui ont disparu. »

    Ainsi, face aux "inquiétudes manifestes" que suscite la suppression de la carte scolaire, il reste encore au gouvernement à offrir des réponses, estiment les rapporteurs. Et à ne pas perdre de vue un objectif : que "l’émulation entre établissements qui se profile à l’horizon de 2010 débouche sur une amélioration d’ensemble en termes de réussite scolaire, et non sur une concurrence stérile et coûteuse".


    Rappelons que les pays qui pratiquaient la liberté de choix totale (la Belgique, l’Angleterre) en sont revenus et sont en train d’instaurer des règles...