Logo

Syndicat général de l'Éducation nationale et de la Recherche publique

Bienvenue au
Ancien site Sgen-CFDT du Tarn et Garonne (82)

  • Accueil
  • >> Revendic’
    action
  • 29 octobre 2008

    Les droits des étrangers ne sont pas un marché... Les rassemblements du vendredi à 17h30 devant la préfecture de Montauban continuent.

    Une délégation de la Cimade et d’autres organisations, au premier rang desquelles la CFDT, a remis au ministère de l’Immigration la pétition « Les droits des étrangers ne sont pas un marché », qui en 15 jours a récolté 65 000 signatures.

    Une pétition toujours ouverte à la signature en ligne sur http://www.placeauxdroits.net/.

    Une Equatorienne sans-papiers dénoncée par un fonctionnaire de la mairie du Vème, à Paris, a été convoquée au commissariat. De nombreux militants l’ont accompagné.www.dailymotion.com/video/

    Une très bonne nouvelle à MONTAUBAN :

    Jorick et ses parents (Arménie/Azerbaïdjan) viennent d’être régularisés au titre d’étrangers malades. Le Resf et la Cimade qui ont accompagné cette famille se réjouissent de cette décision de la préfecture du Tarn et Garonne.

    Nous espérons une issue aussi favorable pour toutes les autres familles en attente de régularisation.

    Les rassemblements du vendredi à 17h30 devant la préfecture continuent. Soyons nombreux à y participer !

    Après plusieurs demandes auprès du ministère de l’Immigration restées sans réponses, la Cimade et neuf autres associations ont déposé le 21 octobre un recours devant le Conseil d’Etat contre le décret sur la rétention administrative. Publié le 22 août dernier, celui-ci réforme « les conditions de défense des droits des étrangers en rétention qui vise à supprimer le rôle spécifique des ONG dans un Etat de droit », explique le communiqué. En ouvrant la mission d’accompagnement et de défense des étrangers à toute personne morale, le décret empêche, selon les associations signataires du recours, « toute vision cohérente d’ensemble » et bloque la possibilité pour les associations de travailler en concertation dans les centres de rétention administrative, grâce à une clause de neutralité et de confidentialité.

    La Cimade a néanmoins décidé de répondre à l’appel d’offres imposé par le décret ministériel, témoignant ainsi de sa « volonté de maintenir le dialogue avec le ministère » et laissant à l’association « la possibilité de contester les décisions d’attribution des missions » en cas d’irrégularités.


    resf tarn et garonne : resf82@yahoo.fr

    Des infos sur le cercle du silence à Toulouse sur http://www.leblogde21.com